Changer la langue

img cat societe monde conflits

Une jeune Saoudienne voulant quitter l’islam demande l'asile pour éviter la mort

{Play}L'apostasie étant passible de peine de mort en Arabie saoudite, Rahaf Mohammed al-Qunun a fui sa famille alors qu’ils étaient en vacances à Bangkok, en Thaïlande. Barricadée dans une chambre d’hôtel, elle a lancé un appel à l’aide. L’Australie pourrait accueillir la jeune femme.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal, un L'Hebdo ou un Mensuel !
{Play}

Dans le royaume wahhabite, on ne rigole pas avec les personnes qui se détournent de l’islam. Il s’avère que vouloir quitter la religion “de paix et de tolérance” s’apparente plutôt à une mise à mort programmée. Ce 5 janvier, Rahaf Mohammed al-Qunun, qui ne semble pas se complaire dans cette religion et qui envisage de la fuir, a profité de ses vacances en famille pour s’échapper.

Un retour au pays serait synonyme de mort assuré

En voyage au Koweït, ce 5 janvier, la jeune fille âgée de 18 ans a déguerpi dès qu’elle en a eu l’occasion et a pris un vol pour l’Australie. Problème : lors de l’escale à Bangkok, en Thaïlande, des responsables saoudiens et koweïtiens l'ont privé de son passeport, selon son témoignage. L'ambassade saoudienne a nié que ses représentants aient été présents à l'intérieur du terminal. Pourtant, il s’avère que le père de Rahaf Mohammed al-Qunun est gouverneur en Arabie saoudite.

Certaine qu’un retour au pays serait synonyme de mort assuré, Rahaf Mohammed al-Qunun s’est donc barricadée dans un hôtel à Bangkok, derrière une porte bloquée par un matelas et une table. Elle a alors donné l'alerte, avec une série de tweets et de vidéos sur Twitter, faisant ainsi réagir la presse internationale, quelques semaines après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à l'intérieur du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, en Turquie.

Une pétition en ligne signée par plus de 82 000 personnes et la mobilisation mondiale ont eu raison des autorités thaïlandaises qui avaient rejeté un recours contre son retour.

La jeune fille a quitté sa chambre d'hôtel et a assuré, dans un tweet, qu'elle se sentait enfin en sécurité, ajoutant que son passeport lui avait été restitué. Elle est maintenant sous la protection du Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR).

La jeune Saoudienne, qui affirme avoir subi des violences physiques et psychologiques de la part de sa famille, pourrait trouver refuge en Australie. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur australien a affirmé à l’AFP que “le gouvernement australien est heureux que la demande de protection de Madame Rahaf Mohammed Al-Qunun soit évaluée” par le HCR.

Cette histoire n’est pas sans rappeler celle de Dina Ali Lasloum, qui s’était enfui en avril 2017 pour échapper à un mariage forcé. Elle fut rapatriée en Arabie saoudite de force avec du scotch sur la bouche et aucune ONG n’est capable de dire si la jeune femme est toujours en vie.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection