Changer la langue

img cat societe monde conflits

Démographie mondiale : vers une métamorphose radicale

{Play}Le dernier rapport sur la population mondiale de l'ONU révèle le cycle fatal dans lequel plonge l’humanité et dans lequel le planning familial et la pauvreté sont mutuellement dépendants. Il est certain qu'il faudra traiter l’écart dévastateur du taux de natalité entre les différentes régions du monde.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal, un L'Hebdo ou un Mensuel !
{Play}

Pour prendre le cas de la France, quelques exemples suffisent à imaginer se qui passe au niveau planétaire. En 1876, la France continentale comptait un peu plus de 38 millions d’habitants. Exode rural, guerres, changement de vie, avancée médicale et scientifique, mode et moyen de déplacement, etc, la population française s'est déplacée sur le territoire depuis presque 150 ans. La France était encore au XIXe siècle un pays très rural et, jusqu'en 1911, la moitié de la population vivait à la campagne. La deuxième révolution industrielle a poussé les habitants des zones rurales vers les villes pour trouver du travail. Dès les années 20, la population de Paris augmenta pour déborder sur la proche banlieue. En 2015, la France métropolitaine comptait plus de 64 millions d’habitants. En 2017, 66 millions. Aujourd'hui la diagonale du vide se dessine parfaitement, les campagnes intérieures se sont dépeuplées. La croissance de la population est surtout urbaine, et s’est construite autour des métropoles. Et pourtant la France est située dans des régions où le taux de natalité est l'un des plus faibles du monde.

En Érythrée, les femmes ont en moyenne quatre enfants. Au Soudan du Sud, une femme est la mère d'au moins cinq enfants en moyenne, au Mali, il y en a six, et au Niger, près de sept enfants par femme. Cependant, selon le rapport sur la population mondiale des Nations Unies, publié mercredi, le taux de natalité dans le monde n’est que de 2,5. En Allemagne, les femmes ont en moyenne 1,5 enfant.

L'écart de taux de natalité entre les pays occidentaux et surtout africains est inquiétant. Surtout dans les régions les plus pauvres du monde où les femmes ont beaucoup d'enfants, généralement bien plus qu'elles le souhaitent. Dans ces territoires patriarcales, très souvent pauvres en ressources agricoles, et où se mêlent des cultures, des cultes et des coutumes, parfois ancestrales, le résultat est la pauvreté ou la misère extrême, des fléaux qui augmentent avec la démographie, et qui conservent les femmes et leurs enfants dans des conditions indignes.

La population de l'Afrique doublera d'ici 2050

Dans les pays du monde parmi les plus pauvres, les femmes sont en effet particulièrement touchées par le manque de contraceptifs et de connaissances en matière de contraception. Elles ne s'approchent même pas des préservatifs ou des pilules. Selon le Population Report, cela touche environ 214 millions de femmes et de filles dans le monde et dans les pays en développement, une femme sur quatre en âge de procréer.

Le Rapport sur la population mondiale s'intitule à juste titre "Droits de reproduction et liberté de choix pour tous" et souligne le fait que ce fossé "politique, économique et social" non seulement entrave, mais restreint fortement l’égalité des femmes et des hommes. Les normes religieuses traditionnelles participent énormément à cela avec ses dogmes, ses contraintes et ses obligations. Le rôle de l'environnement familiale est dépassé et le poids la moralité sexuelle toujours omniprésent.

Même si tout cela est connu depuis des décennies, il se trouve que la situation de la fécondité et de la natalité connait une période terriblement inquiétante, en particulier pour les conséquences écologiques qui en découleront. La Conférence mondiale sur la population du Caire en 1994 avait déjà décidé de réduire le taux élevé de mortalité infantile et la violence à l'égard des femmes et des filles dans le monde, et de se concentrer sur la planification familiale globale et la prévention du VIH.

Il est grand temps d'intégrer plus étroitement l'accès universel aux contraceptifs, les soins pendant la grossesse et l'accouchement, et l'éducation des jeunes. La population de l'Afrique doublera d'ici 2050 s'il n'y a pas de contre-mesures. Le Nigeria, où la planification familiale et l'éducation sexuelle sont toujours tabou, sera alors le troisième plus grand pays du monde après la Chine et l'Inde.

Les questions démographiques sont toujours débattues dans les négociations avec les pays en développement. Cependant, l'impulsion doit venir des pays eux-mêmes.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection