Changer la langue

img cat societe monde conflits

ARTICLE PREMIUM

Au Maroc, il est très difficile d'être marocains et chrétiens

PREMIUM

{Play}À l'occasion de la visite du Pape François à Rabat, les chrétiens racontent la persécution et l'absence de liberté auxquelles ils sont soumis quotidiennement au Maroc. Et ils demandent à Sa Sainteté d'intercéder pour eux.

{Play}

Mustapha Soussi est le fondateur et le coordinateur du comité des chrétiens marocains, une association illégale car non reconnue par le ministère de l'Intérieur, intégrée à l'Association marocaine des droits et libertés des minorités religieuses au Maroc, qui défend les droits des musulmans chiites, ahmadis, ibabs et chrétiens depuis avril 2018.

Soussi, un homme âgé de 49 ans, converti à l'islam à 24 ans, a étudié dans une école coranique jusqu'à l'âge de 18 ans avant d'étudier la Bible et de la comparer avec le Coran. Pour lui, le verdict est sans appel. Il ne se sent pas à l'aise avec l'islam et trouve de nombreuses contradictions dans le Coran. Finalement, en 1994, après une période de méditation, il se convertit au christianisme. A cette époque, ses sept frères ont cessé de lui parler. Maintenant, seuls deux d'entre eux ont gardé le contact. Ses parents aussi. Tous ses proches, amis, voisins, cousins et collègues lui ont tourné le dos. Mustapha Soussi a décidé il y a quatre ans de dire au monde entier qu'il est chrétien, fatigué de vivre caché. Il faut savoir qu'au Maroc, les chrétiens sont vus comme des "cinglés", des "infidèles", alors qu'ils sont aussi marocains que les musulmans, dans un pays qui a établi l'islam sunnite comme la seule religion pour tous les peuples nés dans le pays du Maghreb. À la fin de l'année 2018, en raison des harcèlements, Mustapha Soussi a démissionné de son poste au comité.

A l’occasion de la visite papale au Maroc, le comité des chrétiens marocains a adressé une lettre au souverain pontife dans laquelle il accuse le ministère de l’Intérieur de persécuter les chrétiens. Il pointe notamment du doigt les autorités du pays qui ont « arrêté et maltraité des personnes pour avoir proclamé leur religion ou avoir adhéré à des prières dans des églises secrètes. Les autorités les ont torturées, injuriées et les ont privées de leurs documents d’identité ».
Mustapha Soussi n'attend rien de la visite du pape, car elle est "politique et économique plus que spirituelle", n'envoyant "pas de signes positifs pour les Marocains de confession chrétienne".

"C’est à nous de défendre nos droits, de les obtenir et de faire entendre nos revendications auprès de l’Etat marocain, sans attendre que cela vienne d’un tiers."

Le pape reconnaît le "défi" des marocains chrétiens

Le comité des chrétiens marocains accepte également des femmes qui ont choisi de se convertir au christianisme, de nombreux doutes existant dans le Coran en ce qui concerne la place des femmes musulmanes. Beaucoup choisissent de cacher la vérité à leur famille, car le Maroc ne laisse pas pratiquer la foi chrétienne en liberté. Il y aurait au Maroc 9 000 chrétiens convertis, peut-être beaucoup plus qui vivent leur foi en secret. D'après l'Association pour les droits des minorités religieuses, il y a 300 000 Marocains qui ne suivent pas l'islam sunnite.

Seuls les étrangers, les Occidentaux et les Africains peuvent entrer librement dans les églises et vivre ouvertement leur religion. Les marocains sont strictement interdits d’églises. Le pape reconnaît le "défi" des marocains chrétiens, qui sont obligés de vivre leur foi en se cachant. Ils se rencontrent dans les domiciles de certains paroissiens ou dans des lieux clandestins. Les autorités le savent bien mais laissent faire, car ces églises clandestines bénéficient de soutiens et de financements venant de l'étranger.

Beaucoup de difficultés accompagnent la vie quotidienne des chrétiens. Il est quasiment impossible de changer son nom islamique en un nom biblique (une seule personne à Marrakech a réussi, en payant très cher et en supportant une procédure très longue). Autres faits :

  • au Maroc, il n'y a que des cimetières musulmans, donc les chrétiens ne peuvent pas être enterré en utilisant un rite chrétien
  • tous les enfants doivent obligatoirement étudier l'islam à l'école
  • célébrer Noël ou la semaine sainte demande une discrétion stricte
  • les chrétiens ne peuvent pas se marier en prenant un rite civil ou ecclésiastique (s’ils le font, le mariage est annulé et les persécutions deviennent monnaie courante)

Evidemment, la vie avec des marocains musulmans peut être une des épreuves les plus délicates. Les collègues de travail d’un chrétien n’auront aucun scrupule à lui mener la vie dure et à l’inviter à quitter le pays. Pour de nombreux marocains, être chrétien, c’est être un infidèle simplement à cause de sa sympathie affichée pour le Christ. Et bien sûr, les autorités ne prennent pas les plaintes des chrétiens.

Mohamed VI fait preuve d'un autoritarisme effréné

En théorie, au Maroc, seul le prosélytisme est un crime. Dans la pratique, les chrétiens marocains prétendent que ce n'est pas vrai, puisque les autorités arrêtent tout individu en possession d'un livre chrétien. Le ministère marocain de l'Intérieur nie les arrestations mais l'Association pour les droits des minorités religieuses affirme avoir la preuve qu'elles se sont produites, car les proches des personnes arrêtées les ont contactés pour signaler leurs arrestations arbitraires.

Comme tous les dirigeants des pays musulmans, Mohamed VI fait preuve d'un autoritarisme effréné pour conserver le commandement du Maroc. Le monarque marocain durcit ses habitudes pour donner l'impression de maîtriser les rênes d'un pays qui voit le mécontentement social et les actes de protestation grandir fortement.

Conscient de la situation du Maroc, le pape a adressé une lettre diplomatique au roi Mohamed VI pour le remercier de son invitation et lui témoigner son enthousiasme qui l'a poussé à assister à cette réunion "en tant que pèlerin de paix et de fraternité" et de la confiance nécessaire pour coopérer entre musulmans et chrétiens.

Il semble ne pas y avoir d'espoir que les choses changent après la visite du pape. Il semble loin le jour où les chrétiens marocains pourront vivre leur foi en liberté.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection