Changer la langue

img categ religion

Le pape François s'attaque à la pédophilie dans l'Eglise

{Play}Au Vatican, lors du sommet de crise pour lutter contre la pédophilie dans l'Eglise catholique, le pape François a demandé des actes concrets aux présidents des conférences épiscopales du monde entier, présents pour l'événement historique.

{Play}

Conférences, discours, prières et aussi témoignages de victimes, ... Durant 3 jours et demi, les 114 présidents des épiscopats de tous les continents ont planché sur le sujet explosif des prêtres pédophiles. Le pape François voulait que ce sommet marque un tournant historique pour l'Eglise catholique.

Le plus grand danger est celui de l'autocritique qui ne résout rien et qui, une fois la phase d'émotion collective passée, laisse les choses comme auparavant, horribles et impunies. Il fallait donc que cette réunion à Rome soit l'occasion de débat, direct et sans échappatoire, sur le phénomène de la pédophilie dans l'Église catholique. Le Saint Père François a d'ailleurs avertit :

"Le peuple saint de Dieu nous regarde et attend de nous des condamnations non pas simples et évidentes, mais des mesures concrètes et efficaces pour se préparer. Cela sert le concret."

Demandant du courage et du concret, il a annoncé son attente de ce grand sommet :

"Face au fléau des agressions sexuelles perpétrées par des membres de l'Église au détriment des mineurs, j'ai pensé vous mettre au défi, vous patriarches, cardinaux, archevêques, évêques, supérieurs et dirigeants religieux, afin que nous puissions écouter ensemble le Saint-Esprit et avec docilité pour le guider, nous écoutons le cri des petits qui demandent justice."

C'est plus qu'un acte de dénonciation, c'est la demande d'un examen de conscience collectif. Le pape François affirme clairement ceci :

"Nous pesons sur notre réunion le poids de la responsabilité pastorale et ecclésiale qui nous oblige à discuter ensemble, de manière synodale, sincère et approfondie sur la façon de faire face à ce mal qui afflige l'Église et l'humanité. Je demande du courage et du concret. Je vous permets de partager avec vous des critères importants, formulées par les différentes commissions et conférences épiscopales. Ce sont des lignes directrices pour aider notre réflexion. Ils sont un simple point de départ."

Le premier acte de réflexion est celui du cardinal Luis Antonio Tagle, qui se concentre sur une attitude particulièrement répandue et critiquée des hiérarchies face à des cas concrets de pédophilie :

"Nous sommes inquiets du fait que dans certains cas, les évêques et les supérieurs religieux soient tentés, parfois même soumis à des pressions, de choisir qui aider entre la victime et l'agresseur."

La réflexion sur la justice et le pardon conduit à la réponse "les deux", mais :

"Il faut aider les victimes à panser leurs blessures profondes et, pour les agresseurs, il est nécessaire que justice soit rendue. Alors sautez le mur qui s'est opposé pendant des décennies aux demandes des victimes, la priorité était alors de ne pas reconnaître leur tragédie."

Il existe un conservatisme effroyable

Le manque de sensibilité envers les victimes est également mis en évidence par le manque absolu de considération. Pour le moment, les victimes ne sont même pas prévenues du début du procès et on ne leur dit même pas si l'accusé a été déclaré coupable et quelle sanction lui a été infligée. Il existe un conservatisme effroyable, une absence inouïe de prise en compte de l'intérêt des victimes. Les déclarations ne sont pas suivies par des faits tangibles.

Des victimes de pédophilies ont été invitées à s'exprimer et elles n'ont pas mâches leurs mots :

"Ils devraient être envoyés au diable parce qu'ils n'étaient pas dignes. Tout cela m'est resté pendant 50 ans. Mais je ne me sentais pas coupable et cela m'aidait plutôt à regarder la prêtrise avec un esprit ouvert, ensoleillé et magnifique. Le message du Christ est un message infiniment proactif."

Parmi les 21 points présents dans le support de réflexion diffusé par le pape François aux présidents des conférences épiscopales, il y a notamment le droit à la défense comme principe de droit naturel et canonique de la présomption d'innocence, qui doit également être sauvegardé jusqu'à preuve du contraire de la culpabilité de l'accusé. Par conséquent, il est nécessaire d'empêcher la publication des listes de l'accusé, même par les diocèses, avant l'enquête préliminaire et la condamnation définitive.

Est également rappeler le respect du principe traditionnel de proportionnalité de la peine en ce qui concerne le crime commis. Il a été décidé que les prêtres et les évêques coupables d'agression sexuelle sur des mineurs quitteront l'Eglise. Concernant les séminaristes et les candidats à la prêtrise ou à la vie religieuse, il sera ajouté des programmes de formation initiale et continue pour consolider leur maturité humaine, spirituelle et psycho-sexuelle, ainsi que leurs relations interpersonnelles et leur comportement.

Le pape Jean-Paul II, dans son discours aux cardinaux américains en 2002, donnait déjà la direction essentielle vers laquelle doivent tendre tous les efforts pour dépasser cette crise dans l'Eglise : "Tant de souffrance, tant de douleur, tout cela doit conduire à un sacerdoce plus saint, à un épiscopat plus saint, à une Eglise plus sainte".

Cette crise doit amener à une profonde rénovation de toute l’Église avec des évêques et des prêtres plus conscients de leur mission et qui s'assurent d'être exemplaires vis-à-vis du peuple catholique.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.

Livres de référence

Inch'allah

Inch'allah

Gérard Davet, Fabrice Lhomme

...

Société

No Internet Connection