Changer la langue

img categ religion

ARTICLE PREMIUM

La France face à la colonisation islamique de quartiers entiers

PREMIUM

{Play}La police parisienne a annoncé avoir arrêté environ 1552 enfants d'immigrés marocains en 2018 à la suite d'une opération menée en collaboration avec le Maroc. Il s’agit d’une première réaction massive face au phénomène de la colonisation islamique de quartiers entiers de villes françaises, où la charia remplace désormais la loi de la République.

{Play}

Dans un silence médiatique hallucinant, cet événement est le résultat d'une opération résultant de la collaboration avec les autorités marocaines, mais seulement six de ces opérations de rapatriement ont été lancées. Les données rendues publiques témoignent de la tentative, encore embryonnaire, de faire face à la prolifération des bandes musulmanes qui ont déjà sévis dans les rues de la capitale française.

Les 1500 arrestations, voire plus, marquent une certaine amélioration des opérations

Certaines villes, et presque tous leurs alentours, sont littéralement les otages de l'anarchie imposée par les gangs islamiques voués au trafic de drogue comme aux agressions sexuelles. L'occupation de zones entières, où les règles de la République ont été remplacées par la charia et l'antisémitisme a cessé d'être l'héritage des 30 dernières années du XXe siècle. Les 1500 arrestations, voire plus, marquent une certaine amélioration des opérations. En effet, une augmentation de 41% d'arrestations ont été effectuées par rapport à l'année précédente.

La coopération avec les autorités marocaines a débuté en juillet 2018, lorsque la situation a atteint ce qui était probablement l'apogée de la décadence et des manifestations rassemblées. Pendant longtemps, la presse, comme dans le reste de l'Europe, a raconté l'histoire de jeunes mineurs, pauvres et désarçonnés, qui se livrent au crime. Mais, comme dans le cas français, le dossier a été démenti par les fichiers de la police, qui ont déterminé que dans un pourcentage élevé de cas, les immigrants étaient des musulmans, loin de l'ignorance et jamais des mineurs. Souvent, ce sont des individus qui traversent les frontières européennes, se présentant comme des mineurs non accompagnés pour se moquer des contrôles et des règles d'immigration.

À Trappes, les campements clandestins fourmillent, de même que les mosquées tenues par des associations bidons

Dans la dernière période, en plus des quartiers déjà connus, se trouvent les quartiers de La Chapelle, Goutte d’Or et Barbès, victimes des gangs islamiques, et compte tenu de la réaction décomposée de la population locale et de la longue durée du problème, certaines arrestations ont été faites, vendues comme un énorme succès. Il reste cependant que ce sont des quartiers maintenant échappés au contrôle de l'Etat. Ici, les immigrés ont littéralement occupé le territoire public. L'administration locale a même essayé d'offrir assistance et logement aux gangs, en affectant 700 000 euros au projet, mais tous les efforts ont été vivement rejetés par les immigrés.

L'intégration est une histoire qui ne se reflète guère dans la réalité, surtout lorsqu'il s'agit de zones interdites. Même les blogs de voyages internationaux ont dû céder et consacrer des sections à ces quartiers pour souligner qu’il est fortement recommandé de ne pas approcher.

Trappes, commune de 30 000 habitants située à 35 km de Paris, est désormais la banlieue islamique par excellence, après avoir été dans les années 70 l’un des fiefs du parti communiste français, où résidaient les ouvriers des usines environnantes. C'est aujourd'hui la ville européenne qui compte le plus grand nombre de djihadistes. À Trappes, les campements clandestins fourmillent, de même que les mosquées tenues par des associations bidons. Des endroits où les imams radicaux ont un jeu facile en endoctrinant les jeunes à la haine des non musulmans, voire au djihad armé.

Les femmes et les juifs continuent d'être les victimes de la nouvelle islamisation de l'Europe

Aujourd'hui, la France envisage de reproduire la coopération entre les forces de l'ordre dans d'autres villes de France. C’est à partir de cet été que des protestations et des rassemblements de signatures ont été sollicités pour exhorter les autorités, compte tenu de la croissance exponentielle des crimes d’agressions sexuelles contre des femmes blanches par des immigrées islamiques. Quelques cafés interdisent l'entrée aux femmes, ce que certaines femmes dénoncent : 

"L’atmosphère est pénible. Nous avons changé non seulement nos itinéraires, mais nos vêtements. Certains d'entre nous ont même renoncé à sortir."

Les femmes et les juifs continuent d'être les victimes de la nouvelle islamisation de l'Europe. Sarcelles, la ville de banlieue nord de Paris, représente depuis des années le plus grand nombre d'attaques antisémites. Comme quand, il y a quelques mois, une fillette de 15 ans, rentrant de l'école à la maison, portant un pendentif avec l'étoile de David et un uniforme scolaire juif, a été attaquée avec un couteau au visage. Ou encore le garçon de 8 ans qui, toujours à Sarcelles, a été frappé par deux musulmans parce qu'il portait une kippa. Il suffit d'ouvrir les yeux pour voir le mot "juif" écrit en lettres capitales sur les volets des magasins et des restaurants juifs. Mais c'est dans toute la France que l'antisémitisme est un problème et même en parler est de plus en plus dangereux.

Les politiciens français de droite et de gauche savent que briser les règles du politiquement correct, c'est se faire remarquer par les médias, voire marginaliser. Ils savent que certains mots ne peuvent plus être utilisés en France et que des organisations "antiracistes" font en sorte que personne ne puisse critiquer l'islam. Dans la nouvelle édition d'un livre d'histoire d'une école publique, il est possible de lire qu'en France il est interdit de critiquer l'islam et qu'une décision judiciaire est également citée à l'appui de cette affirmation. Une partie de la classe politique sait que le nombre de musulmans en France est si élevé qu'il est pratiquement impossible de gagner l'élection en se privant du vote des musulmans, et la différence de taux de natalité entre musulmans et non musulmans rendra cet accord de plus en plus important dans les années à venir. Il s’agit d’une démission tacite et sérieuse.

Encore une nouveauté au cours des dernières années : les manifestations de joie après les cérémonies religieuses. A Nice, des mesures ont été prises pour contrôler les célébrations de Mariages islamiques, où peuvent s'opérer de vrais rodéos dans les rues, des stands bloqués, des manifestations agressives, une attitude offensive contre les forces de sécurité, une conduite dangereuse, des processions bruyantes et violentes, voire des coups de feu en l'air. 

Quelque chose qui n'existe généralement pas dans les lieux d'origine, mais qui, en Europe, est en train de devenir l'expression du pouvoir et de la domination d'un territoire qui, en fait, a été conquis.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.

Livres de référence

Inch'allah

Inch'allah

Gérard Davet, Fabrice Lhomme

...

Société

No Internet Connection