Changer la langue

img categ politique nationale

ARTICLE PREMIUM

Les aventures de Macron et Benalla au Tchad

PREMIUM

{Play}Le Monde a révélé qu'Alexandre Benalla, démis de ses fonctions auprès du palais présidentiel, était au Tchad trois semaines avant la visite officielle d'Emmanuel Macron, les 22 et 23 décembre. L'ancien conseiller du président de la République y aurait même rencontré le président tchadien. Les critiques se multiplient contre les dysfonctionnements de l’exécutif. L'Élysée a tenu à réagir mais il semble que l'affaire Benalla renaît déjà de ses cendres.

{Play}

Alexandre Benalla, l'ex-homme de confiance d'Emmanuel Macron, devenu célèbre pour avoir violenté des manifestants en marge des rassemblements du 1er-Mai à Paris, équipé d’un casque à visière des forces de l’ordre, fait à nouveau parler de lui. Mis en examen en juillet pour "violences volontaires", puis licencié par l'Elysée le 20 juillet, l'ancien chargé de la sécurité du chef de l’Etat serait aujourd'hui reconverti dans les affaires. Et pas n'importes lesquelles : les affaires africaines.

Embarrassé, l'Elysée a expliqué que l’intéressé n'est pas "un émissaire officiel ou officieux" du chef de l'Etat. Alexandre Benalla a même été sommé de clarifier ses activités, particulièrement lorsqu'il était encore en fonctions à l'Elysée. 

Il faut avouer que pour un bagarreur de 27 ans, Benalla s'est plutôt bien reconverti. Et il se défend de profiter de son ancien rôle au cœur du pouvoir, jugeant les propos de "certaines personnes" à l'Elysée "diffamatoires", "calomnieux" et "irresponsables", rappelant qu'il n'exerce "plus aucune fonction depuis le 1er août 2018". Ce 24 décembre, Le Monde précise pourtant que Benalla, lors de sa visite, a rencontré le frère du président tchadien, un haut responsable de la défense nationale. "Je suis allé au Tchad, accompagnant une délégation économique étrangère dans le cadre d'investissements" justifie l’intéressé.

Encore une preuve de l'amateurisme de la présidence

Les critiques se multiplient contre les dysfonctionnements dans la présidence.  Même au sein de La République en marche, des députés déplorent une faute grave des services de l'Elysée.

Pourquoi Benalla disposait-il encore de ses deux passeports diplomatiques ? Encore une preuve de l'amateurisme de la présidence. Ce jeudi 27, Mediapart a annoncé que Benalla continue de voyager avec un passeport diplomatique "utilisé ces dernières semaines pour entrer dans différents pays africains ainsi qu'en Israël". Petite épine dans le dossier : Benalla jouit d'un passeport délivré quinze jours après sa supposée suspension ! Merci Macron ?De plus, il a ignoré une demande de restitution de ses deux passeports diplomatiques, émis respectivement les 20 septembre 2017 et 24 mai 2018. Le ministère des Affaires étrangères envisage des poursuites judiciaires. Il serait temps. Ayant visiblement menti, Benalla pourrait également se retrouver à nouveau devant Ia commission d'enquête du Sénat.

Les oppositions suggèrent le maintien de liens opaques entre Macron et Benalla. D'après l'entourage d'Alexandre Benalla, ce dernier "échange toujours via Telegram" - application de messagerie cryptée - avec Emmanuel Macron. Or cette application est la préférée du président de la République pour communiquer avec ses collaborateurs.

Un arrogant qui se prend pour "Jupiter"

Certaines choses sont établies sur Benalla. Il dispose d'un carnet d’adresses bien rempli et profite d'un réseau d'influence politique solide. Loin d'avoir été qu'un simple garde du corps, il doit certainement savoir beaucoup plus de chose qu'il ne le dit, notamment sur Emmanuel Macron. Il n'est pas profondément idiot et peut même briller lors d'interviews. Peut-être un très bon acteur, capable de jouer aussi bien Jean-Claude Van Damme que Fabrice Luchini. Malgré son jeune âge, il est pris au sérieux.

Il se sent pousser des ailes. L'affaire Benalla ne la pas achevé. Il n'a pas voulu faire profil bas, il persévère dans le monde politique et économique avec des nerfs d’acier. C'est un enfant gâté qui, avec le temps, est devenu comme son maître. Son attitude est à l'image d'Emmanuel Macron, inflexible et calculateur. Un arrogant qui se prend pour "Jupiter" et qui tient le cap dans la tempête, sans crainte, sans culpabilité. Rien ne l'impressionne, même pas la justice, encore moins les Français. S'il n'est plus reconnu par la macronie, Benalla peut toujours s'appuyer sur les leçons de pouvoir de Macron pour rebondir, comme au Tchad.

Beaucoup de politiques invitent la justice à s'emparer du dossier, qui décrédibilise et fragilise à nouveau le pouvoir et la France. Après le mouvement des Gilets jaunes, qui commence à s'éteindre petit à petit, Macron n'avait vraiment pas besoin que l'affaire Benalla resurgisse. Il n'en faudrait pas moins pour que la révolte reprenne de plus belle ...

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.

Livres de référence

No Internet Connection