Changer la langue

img cat politique monde

ARTICLE PREMIUM

Union européenne : la lutte contre le terrorisme est une priorité

PREMIUM

{Play}Le Parlement européen a créé une commission spéciale dont le but est d'améliorer la lutte contre le terrorisme au niveau européen.La menace du terrorisme et des attaques djihadistes violentes s'est accrue ces dernières années, une tendance qui a commencé avec l'attaque du journal satirique Charlie Hebdo à Paris en janvier 2015.

{Play}

Selon les données d'Europol, 62 personnes ont été tuées lors des attaques terroristes de 2017. Elles étaient 135 lors des attaques de 2016. En 2017, plus d'attaques ont été déjouées par rapport à 2016. Ces dernières années, nous avons assisté à une augmentation de la menace terroriste. Les mesures prises par l'UE pour prévenir les attaques sont différentes: des contrôles plus stricts aux frontières extérieures à une meilleure coopération entre les services répressifs et les autorités judiciaires en matière d'enquêtes sur les suspects, de poursuite des auteurs, de réduction des fonds destinés aux terroristes, de lutte contre le crime radicalisation organisée et combattante.

Sur la base des résultats recueillis, les députés rédigent un rapport proposant des mesures concrètes sur lesquelles la Commission travaillera ensuite pour les inclure dans la législation (NB: le Parlement ne dispose pas du pouvoir d'initiative réglementaire).

Amélioration de la coopération entre les services de renseignement nationaux, propositions contre la radicalisation, recherche du financement du terrorisme ou des prédicateurs de haine et aide aux victimes. Les attentats perpétrés à Paris dans la nuit du 13 novembre entre un homme armé d'une arme à feu et des kamikazes contre une salle de concert, un stade et plusieurs bars et restaurants, presque simultanément. 130 personnes sont mortes des suites de ces attaques et plus de 100 ont été blessées de manière grave et invalidante.

Le Comité spécial sur le terrorisme a été créé en juillet 2017 et a commencé ses travaux en septembre de la même année afin d’évaluer le meilleur moyen de lutter contre le terrorisme. Ses conclusions et recommandations ont été discutées et approuvées lors de la session plénière de décembre 2018 à Strasbourg. En raison de son caractère international, la lutte contre le terrorisme nécessite une réponse forte et coordonnée ainsi qu'un partage rapide des informations entre les pays européens. Monika Hohlmeier, directrice du rapport, députée européenne allemande du Parti populaire européen, a déclaré :

"Il existe encore des lacunes dans l'échange d'informations entre les États membres, telles que des lacunes techniques en matière d'interopérabilité. Si nous voulons augmenter les échanges d’informations, Europol et Eurojust doivent être renforcés et utilisés en tant que centres d’information."

La co-responsable du rapport, Helga Stevens , eurodéputée belge conservatrice et réformiste européenne, a souligné le problème du déchiffrement et a expliqué :

"Le déchiffrement forcé est extrêmement difficile pour les petits États membres car il nécessite beaucoup de ressources humaines et techniques. Ma proposition est d'investir l'Europol de l'autorité spécialisée dans le décryptage afin qu'il puisse assister les États membres. Cela permettrait aux procureurs et à la police, par exemple, d’accéder aux messages sur WhatsApp et Messenger. L'action est actuellement très difficile, car les entreprises de médias sociaux refusent de permettre l'accès aux tribunaux."

Certaines des attaques terroristes récentes ont montré que, dans un nombre limité de cas, les terroristes tiraient parti des lacunes dans la gestion des politiques de l'UE en matière de frontières et des États membres, qui n'étaient pas prêts pour un afflux massif de migrants. Le rapport invite non seulement les États membres à investir dans la mise à jour des équipements informatiques et de télécommunication permettant des comparaisons entre bases de données, mais souligne également l'importance d'utiliser des données biométriques et d'assurer l'interopérabilité des bases de données.

Le contenu radical sur les médias sociaux, dans les livres ou dans les médias audiovisuels, le contact avec des personnes radicalisées, les prédicateurs de haine ou les prisonniers dans les prisons sont parmi les principaux canaux de la radicalisation. Le rapport requiert une législation qui oblige les entreprises à supprimer le contenu terroriste en ligne et à signaler les incidents de contenu terroriste. "Nous devons assurer l'échange des meilleures pratiques pour favoriser l'intégration", a précisé Hohlmeier.

Au lieu de cela, le député européen Stevens a parlé de la vaste liste européenne de prédicateurs de la haine, car pour le moment, ils peuvent opérer de manière cachée, en particulier s'ils se déplacent d'un État membre à un autre. Pour s'attaquer au financement, le rapport exige une meilleure traçabilité des objets d'art et des antiquités, en particulier ceux provenant de zones de conflit, afin de surveiller le flux de fonds, en plus de l'identification des utilisateurs de portefeuilles électroniques, de cartes plateformes prépayées, de financement participatif et systèmes de paiement mobiles. Une autre exigence est de rendre les lieux de culte et autres institutions plus transparents sur les fonds reçus et d'interdire ceux provenant de pays tiers autoritaires.

Toutes les institutions religieuses doivent faire preuve de transparence et indiquer d'où provient le financement, afin que les autorités compétentes puissent effectuer les contrôles nécessaires, le cas échéant.

Le rapport appelle les États membres à mieux protéger les infrastructures critiques, telles que les réseaux d'électricité ou de gaz, et à mettre en œuvre des stratégies de réaction efficaces. Il insiste également sur la création de règles plus strictes contre le trafic illicite d'armes à feu et sur la prévention de l'achat de produits chimiques utilisés dans la fabrication d'explosifs. En 2015 et 2016, des explosifs ont été utilisés dans 40% des attaques, tandis que le plus utilisé était le TATP (peroxyde d'acétone, un puissant explosif principal) facile à produire à la maison. Le rapport invite la Commission européenne à proposer une législation visant à clarifier le statut des victimes du terrorisme, leurs droits et leur niveau d'indemnisation.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection