Changer la langue

img cat politique monde

ARTICLE PREMIUM

L'Union européenne implose en silence mais a-t-elle vraiment existé ?

PREMIUM

{Play}L'Union européenne se désintègre. Lentement mais progressivement. La question des migrants est un des problèmes majeurs qui conduit à voir s'effondrer les quelques dernières certitudes de Bruxelles. Mais ce sujet, à savoir la gestion des flux migratoires, est le véritable nœud gordien de cette vieille Europe qui regarde son doigt pour éviter de regarder la Lune.

{Play}
Il s'agissait toujours d'intérêts nationaux et pas européens

Le manque de volonté de comprendre les vrais raisons de la crise de l'UE est symptomatique de la profonde crise qui ronge le projet européen. Les migrants ne sont pas la cause de la crise. Les difficultés et les désaccords, générés par les vagues répétées d'une immigration incontrôlée, ont généré et révélé tous les problèmes d'un système hypertrophié et pourtant très fragile. L'Union européenne échoue parce qu'elle se montre incapable de gérer les problèmes dans le sens de la défense des intérêts des citoyens européens. Il serait absurde de croire que c'est la question migratoire qui met en crise un tel système. Cependant la crise des migrants a finalement mis à nu la défaillance des institutions, surtout lorsque le mastodonte de Bruxelles doit répondre à un vrai problème et pas à la couleur des boites de camembert pasteurisé. Il s'agissait toujours d'intérêts nationaux et pas européens.

La notion de souveraineté est de nouveau en vigueur partout en Europe

Le visage du monstre, né en 1958, est celui d'une union d'égoïstes, et certainement pas une alliance autour d'un intérêt commun. Depuis des années, il s'agit d'un ensemble d’intérêts nationaux contrebalancés, dans lequel l’intérêt allemand, et parfois franco-allemand, a toujours été prédominant. Il s'agissait toujours d'intérêts nationaux et pas européens.

L'absence d'une stratégie claire et bien expliquée, qui pourtant ferait un grand bien à tout le monde, a amené au fil des ans à être une terrible faillite. C'est au moment de fortes tensions en Europe, que l'État allemand, noyau central de l'UE, de la chancelière Angela Merkel a agit seule sur le problème des migrants, qui est d'une envergure de niveau européen, ce qui a eu comme conséquence de voir tous les désaccords liés à l'immigration refaire surface. Les intérêts nationaux ont aussitôt repris le dessus. La notion de souveraineté est de nouveau en vigueur partout en Europe pendant que le pouvoir politique allemand s'est affaibli.

Berlin est la capitale financière et politique de l'UE soit acceptée de fait

La crise de la structure européenne résulte donc d'un handicap de naissance. Ce ne fut à aucun moment une vraie union, mais un ensemble d’États réunis pour mieux gérer un continent, mais dans lesquels chacun avait intérêt à faire prévaloir son propre programme. Après que l'accord tacite selon lequel Berlin est la capitale financière et politique de l'UE soit acceptée de fait, l'Union européenne s'est retrouvée totalement dépourvue de contrôle.

La montée des intérêts nationaux signifie également l’émergence de nouveaux types d’alliances. Si l’Union européenne a toujours un sens, à l’instar de Kerneuropa, c’est-à-dire de ce noyau dur d’États qui gravitent autour de l’Allemagne, une nouvelle Europe, de nouvelles Unions, qui peuvent avoir des intérêts différents, pourraient également voir le jour. Et l'Allemagne pourrait aussi être complice de cela. D'ailleurs de telles alliances existent déjà, mais pas de façon formelle. Le soi-disant groupe de Visegrad n’est rien d’autre que cela, un bloc d’Etats partageant les mêmes intérêts nationaux que ceux de Bruxelles-Berlin. Mais même l’Allemagne, dans la théorisation d'une Europe à deux vitesses ou plus, a considéré que cela serait dans son intérêt.

L'UE est en train de devenir une sorte d'empire allemand

A ce stade, la grande absence est l'Europe méditerranéenne. La question de la migration montre bien que des pays fondamentalement du même côté du front que l'Espagne, l'Italie et la Grèce n'ont jamais pris au sérieux l'hypothèse de s'unir pour contrer la logique de l'Europe de Bruxelles et de Merkel, car ils voulaient déporter leurs problèmes au lieu de les résoudre . La faiblesse de la Grèce et l'égoïsme de Madrid ont laissé, pendant longtemps, l'Italie seule face au blocus franco-allemand.

Dans ce moment de désintégration ou d'affaiblissement d'une Union qui n'en a jamais été vraiment une, les superpuissances ont joué un rôle décisif. L’Union européenne a toujours été surveillée par d’autres forces qui lui ont permis de se développer, notamment à Washington. Mais au moment où cette Union européenne est devenue un danger stratégique pour Les USA, la structure a commencé à se détériorer. L'UE est en train de devenir une sorte d'empire allemand avec l'accompagnement d'une France, affaiblie par un pouvoir en mauvaise posture dans son pays, et en recherche de leadership militaire.

Même les Chinois s'emploient discrètement, à pénétrer en Europe

Pendant des années, la Russie de Vladimir Poutine était soupçonné d'avoir un intérêt prioritaire à favoriser la mort de l'UE en raison de ses liens avec les partis souverains ou euro-sceptiques. Avec Donald Trump, la situation semble être très similaire. Le soutien évident de Trump au Brexit , mais également aux gouvernements moins pro-européens, est une démonstration éloquente du poids des États-Unis. Visegrad est un système pro-atlantique et non pro-russe. La guerre tarifaire contemporaine, qui affaiblit l'économie allemande, est un pas en avant, dirigé vers l'Union européenne dirigée par l'Allemagne, pour l'affaiblir.

Même les Chinois s'emploient discrètement, à pénétrer en Europe. La Chine ne rencontre d'abord que les pays d'Europe centrale, puis l'Allemagne et enfin l'Union européenne. Il existe plusieurs relations qui montrent bien que les intérêts des uns et des autres ne coïncident pas parfaitement. L'avenir de l'Union Européenne est de plus en incertain, et dépend de peu de choses pour imploser, à l'image de l'invincible et pourtant détruite, URSS.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection