Impôts

La France conserve la tête du peloton des pays économiquement développés dans lesquels la main mise sur les salaires est la plus forte grâce à une préemption fiscale sans égale. D'année en année, le rapport publié par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) décrit la pression fiscale en France bien supérieure à la moyenne de l'OCDE.

PREMIUM

Alors que 133 débats publics viennent de marquer la fin de la période des grands débats, le Medef a présenté ses préconisations à base de baisse d'impôts pour les ménages et les entreprises. L'organisation patronale souhaite également plus de décentralisation.

Les multinationales américaines ont pris l'habitude d'éviter une imposition locale quelque soit le pays européen, où pourtant une partie de leur chiffre d'affaire est réalisée. L'Irlande héberge leurs sièges sociaux respectifs, où ces grosses entreprises paient un impôt minimum.

Le discours d’Emmanuel Macron n’a pas convaincu les gilets jaunes. D'ailleurs, même les journalistes ont mis en lumière le manque d’annonces du chef d’État et surtout l’absence de prise en compte du mouvement populaire. Les français n’ont rien contre l’écologie, mais ils veulent avant tout pouvoir vivre décemment ! Le mépris a assez duré.

PREMIUM

La France, vieillie par tant de siècles à mener le monde vers le progrès et l'élévation de l'Homme, sait que son destin se joue maintenant entre l'ancien monde qui se meure et un nouveau possible qu'elle tente de rejoindre. Sa capacité à suivre les préceptes nécessaires pour suivre le train du XXIème siècle déterminera son avenir.

Avec Macron, la dépense publique a augmenté de 51 milliards en 2018. À l’aide de grand renfort de communication, le pouvoir affiche une satisfaction feinte et affirme que tout va beaucoup mieux. Pourtant le déficit abyssal de l’État ne cesse de se détériorer : 76 milliards d'euros en 2017, 83 milliards en 2018 et 98,7 milliards prévus en 2019.

PREMIUM

La France, pays où la tentation révolutionnaire n’est jamais loin et fait partie de l’identité, presque au même titre que le drapeau et l’hymne national, flirte avec la crise politique. Le président semble débordé et l'opposition compromise par son soutien à un mouvement d'objectifs encore incertains.

La mobilisation, dont la vraie nature peut encore muter, présente des traits singuliers. C'est le combat d'un peuple en colère qui souhaite montrer sa détermination à se battre contre le déclassement continu que lui infligent des élites méprisantes.

Taxes, contributions, impôts, charges, TVA, amendes, tarifs imposés excessifs, le racket des citoyens dociles pris en otages bat son plein. La colère des vaches à lait en gilet jaune se transforme en manifestations de masse, pour l'instant dans le calme, en revendication de rues, en blocage de routes, de rond-points et de ponts.

{Play}Le gouvernement a présenté les différentes mesures "pour rendre les déplacements plus propres". Parmi elles, l'abaissement de 3 grammes du seuil déclenchement du malus écologique dès le 1er janvier 2019.

{Play}Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu entrera bien en vigueur le 1er janvier 2019, même si quelques modifications destinées à "alléger" les règles de gestion pour les collecteurs, en particulier les entreprises, ont été annoncées.

{Play}Jack Lang a dénoncé sur France Inter, ce mardi 3 juin, "le remboursement de frais de sécurité de plus en plus hallucinants, en termes de montants" imposé par le ministère de l'Intérieur aux festivals d'été.

PREMIUM

{Play}Le président Emmanuel Macron a récemment lancé dans une vidéo diffusée sur Twitter, par sa directrice de la communication Sibeth Ndiaye, que les minima sociaux coûtaient "un pognon dingue" et, pour autant, que les bénéficiaires ne s’en sortent pas.

{Play}Bercy semble envisager de revoir l'ensemble des aides et prestations sociales. La direction du budget estime que les aides sociales constituent "un poids en croissance" pour les finances publiques.

No Internet Connection