Fiscalité

Dans un contexte de forte concurrence entre toutes les compagnies aériennes, la croissance mondiale du secteur de l'aviation étant constante, Emmanuel Macron a déclaré vouloir avancer "sur la taxation commune du kérosène en Europe" en mai dernier. Sans réponse de l'UE sur ce sujet, le gouvernement français a envisagé une nouvelle taxe pour les billets d'avion.

PREMIUM

Être le président de la République n’est pas aussi évident qu'Emmanuel Macron le croyait. Il commence à peine de s'en rendre compte. Malgré ses promesses électorales qui s'annonçaient solides pour "changer la France", les envies de changement se sont complètement dissoutes dans la lourdeur des étages de la bureaucratie, dans les petits détails tant aimés de l'administration et les compromis politiques dont la médiocrité ne cesse de grandir.

La France conserve la tête du peloton des pays économiquement développés dans lesquels la main mise sur les salaires est la plus forte grâce à une préemption fiscale sans égale. D'année en année, le rapport publié par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) décrit la pression fiscale en France bien supérieure à la moyenne de l'OCDE.

Au sein du marché unique et de la monnaie unique, les pays sont poussés à se faire concurrence pour accroître leur compétitivité et attirer les capitaux. Cela se traduit par la volonté de taxer la concurrence pour attirer les investissements ou d'éviter les délocalisations, pour limiter les coûts de main-d'œuvre et pour réduire les droits et le bien-être.

PREMIUM

Alors que 133 débats publics viennent de marquer la fin de la période des grands débats, le Medef a présenté ses préconisations à base de baisse d'impôts pour les ménages et les entreprises. L'organisation patronale souhaite également plus de décentralisation.

La privatisation désigne le passage d'une activité ou une institution de la sphère publique à la sphère privée. Cette notion fait régulièrement l'actualité depuis l'apparition sur le devant de la scène politique d'Emmanuel Macron.

PREMIUM

Les Etats-Unis d'Amérique sont parmi les pays les plus inégalitaires au monde, tout en ayant un taux de mortalité très élevé, des taxes régressives, des subventions destinées aux banques très généreuses et des avantages impensables pour ses milliardaires.

Les multinationales américaines ont pris l'habitude d'éviter une imposition locale quelque soit le pays européen, où pourtant une partie de leur chiffre d'affaire est réalisée. L'Irlande héberge leurs sièges sociaux respectifs, où ces grosses entreprises paient un impôt minimum.

La Commission européenne a proposé de supprimer progressivement l'unanimité requise par le Conseil de l'UE pour les questions fiscales. L'unanimité dans les décisions est une des difficultés majeures de l'UE.

La colère réciproque qui divisent les deux France l'une contre l'autre s'inscrit déjà dans l'histoire. Les pro-européens pour l'instant silencieux, les journalistes, éditorialistes, consultants, intellectuels, économistes et lobbyistes, défilent à tour de rôle sur tous les médias traditionnels pour essayer de décrédibiliser les Gilets jaunes.

Depuis des semaines, la France est secouée par une mobilisation sociale généralisée qui bouscule Emmanuel Macron, les Français et attire les regards du monde entier chaque samedi. Une protestation et des revendications qui ont gagné la sympathie d'une bonne partie de l'opinion publique en France et à l'international.

{Play}Le Premier ministre français, Edouard Philippe, expliquera aujourd'hui devant le Parlement les mesures annoncées hier par Emmanuel Macron. Le Président français espère apaiser la colère des Gilets jaunes et éviter un cinquième acte de manifestations et de protestations qui devrait pourtant avoir lieu.

La période que nous vivons est tout sauf inattendue. Les perspectives pour les prochains mois ne sont réjouissantes, et ce temps indécis offre l'occasion de faire le point sur l’état général du pays. Et en se penchant, sans voile ni déni, sur la situation de la France, il s'avère très vite, que le pays des Lumières n'éclaire plus grand monde et paraît en très mauvaise santé.

Des dizaines de personnes arrêtées avant les défilés par crainte de violence dans les rues. Pendant ce temps les Parisiens se barricadent chez eux, et ont fermé tous les musées. Les championnats sportifs ont été suspendus dans tout le pays. Les jours qui viennent seront déterminants pour l'avenir de Emmanuel Macron et devraient concerner la réflexion européenne. C'est la révolte d'un peuple, bafoué et appauvri par la mondialisation, qui se réveille.

PREMIUM

La France, vieillie par tant de siècles à mener le monde vers le progrès et l'élévation de l'Homme, sait que son destin se joue maintenant entre l'ancien monde qui se meure et un nouveau possible qu'elle tente de rejoindre. Sa capacité à suivre les préceptes nécessaires pour suivre le train du XXIème siècle déterminera son avenir.

Avec Macron, la dépense publique a augmenté de 51 milliards en 2018. À l’aide de grand renfort de communication, le pouvoir affiche une satisfaction feinte et affirme que tout va beaucoup mieux. Pourtant le déficit abyssal de l’État ne cesse de se détériorer : 76 milliards d'euros en 2017, 83 milliards en 2018 et 98,7 milliards prévus en 2019.

PREMIUM

À peine une campagne présidentielle s’achève, le temps des promesses est révolu, les engagements sont oubliés. Derrière la colère des Gilets jaunes, il y a la juste intuition que les sacrifices demandés en permanence sont inutiles ou servent d’autres intérêts que ceux qui sont présentés.

PREMIUM

La France, pays où la tentation révolutionnaire n’est jamais loin et fait partie de l’identité, presque au même titre que le drapeau et l’hymne national, flirte avec la crise politique. Le président semble débordé et l'opposition compromise par son soutien à un mouvement d'objectifs encore incertains.

Pour comprendre la déconnexion abyssale, perceptible même depuis la Lune, de la politique climatique gouvernementale qui suscite étonnement non dissimulé, ironie suspecte, malaise rurale, incompréhension légitime, voire sidération profonde, il est nécessaire de s’asseoir, de bien respirer et de voir si on est toujours vivant.

La mobilisation, dont la vraie nature peut encore muter, présente des traits singuliers. C'est le combat d'un peuple en colère qui souhaite montrer sa détermination à se battre contre le déclassement continu que lui infligent des élites méprisantes.

Ce lundi, aux premières heures de la matinée, de nouveaux rassemblements de "gilets jaunes" ont donné lieu à des barrages près des dépôts de carburants à plusieurs endroits du pays. On peut voir, via les réseaux sociaux, que plusieurs blocages de route rendent la circulation très difficile aux alentours des raffineries.

À trois jours de la grande manifestation, attendue dans toute la France et qui devrait mobiliser des dizaines de milliers de "gilets jaunes", le patron des Républicains s'est insurgé contre le plan gouvernemental de taxation des carburants.

Selon une enquête conjointe de 19 médias européens, l’utilisation d’un contournement de l'impôt sur les dividendes aurait causé, de 2001 à 2017 une perte potentielle de 55 milliards d'euros pour onze pays européens.

{Play}Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu entrera bien en vigueur le 1er janvier 2019, même si quelques modifications destinées à "alléger" les règles de gestion pour les collecteurs, en particulier les entreprises, ont été annoncées.

No Internet Connection