ARTICLE PREMIUM

Indépendance des médias : l'influence des milliardaires inquiète les journalistes

PREMIUM

Les éditeurs du Monde ont, à plusieurs reprises, affiché leur inquiétude de voir leur indépendance journalistique mise à mal par l'implication et l'influence grandissante de l'investisseur tchèque Daniel Kretinsky et par l'arrivée de nouveaux financiers dont les intentions sont méconnues. 

Dans le journal classé au centre, plutôt libéral et dont la renommée dépasse largement les frontières françaises, les journalistes surveillent les tractations d'actions engagées par deux milliardaires. L’un des deux partenaires est connu autant en Allemagne qu'en France. Il s'agit du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky qui se trouve être à l’origine d’une offre publique d’achat sur Metro. L'offre publique d'achat de Metro, qui semble avoir été acceptée depuis, aurait été lancée par EP Global Commerce, une filiale de Kretinsky, sous la condition expresse que Daniel Kretinsky puisse acquérir au minimum 67,5% des actions ordinaires.

Daniel Kretinsky possède toutes les cartes en mains pour acquérir Le Monde

L'actionnaire et homme d'affaires Matthieu Pigasse, veut également acquérir des actions de la société propriétaire du journal Le Monde. Si Pigasse devait rejoindre les actionnaires de la société Le Nouveau Monde (LNM), une association avec Kretinsky permettrait de contrôler le groupe Le Monde. Cette hypothèse est redoutée par le groupe espagnol Prisa (propriétaire d'El Pais) qui détient 20% des actions de LNM. Selon Le Monde, Pigasse et Kretinsky offrent désormais 20 millions d'euros à Prisa pour leur 20%. Daniel Kretinsky détient déjà des actions dans la société de médias Czech News Centre, ce qui suscite la forte inquiétude des rédacteurs du journal Le Monde. La société des rédacteurs du journal (Société des rédacteurs du monde - SRM) appartient au pôle indépendant de la maison d'édition, et détient 25% du groupe ce qui lui permet d'être une sorte de barrière de protection.

Daniel Kretinsky qui possède toutes les cartes en mains pour acquérir le journal Le Monde affirme ne s'intéresser qu'au journal et son indépendance éditoriale. Le Monde rétorque qu'il semble naturel pour un investisseur de s'assurer que ses investissements sont rentables, et les rédacteurs doivent se poser la question de ce qui adviendrait de la ligne du journal au moindre problème économique. Il est bon de rappeler qu'en France les grands médias sont presque exclusivement entre les mains des dix personnalités les plus riches du pays et même, pour certains, du monde. 

Licenciée par le Nouvel Observateur après avoir critiqué Bernard-Henri Lévy

Une récente analyse, concernant les propriétaires de médias, effectuée par Acrimed, confirme ce constat et indique qu’il existe une concentration de fortunes dans le secteur des médias français et que les connexions entre eux ne sont pas évidentes au premier abord. En France, Daniel Kretinsky possède déjà le magazine d'opinion et d'actualités Marianne. Au poste de direction il a engagé la journaliste Natacha Polony, fervente partisane de la souveraineté française. Cela laisse à penser que ce fils d'un professeur d'informatique et d'une juge de droit constitutionnel, qui a lui-même étudié les sciences politiques et possède un diplôme en droit, a déjà une forte influence sur les rédactions.

La journaliste française Aude Lancelin, qui a été directrice adjointe de la rédaction de Marianne de 2011 à 2014 et de la rédaction de L'Obs de 2014 à 2016, dans son livre Le Monde libre, affirme que les propriétaires jouent un rôle déterminant dans la nomination de leur directeur de la rédaction et sont donc indirectement influent. Selon Lancelin, par exemple en tant que rédactrice en chef de l'ancien Nouvel Obs, elle lui fallait une volonté incroyable pour imposer une ligne politique. Elle a été licenciée par le Nouvel Observateur, après avoir critiqué Bernard-Henri Lévy, un homme fortuné et dynamique, le parangon des donneurs de leçons ayant toujours un avis sur tout.

Depuis, Aude Lancelin ne se prive plus de critiquer la puissance des propriétaires des médias établies en France et dirige actuellement un nouveau média alternatif.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
No Internet Connection