Changer la langue

img cat economie mondiale

ARTICLE PREMIUM

Donald Trump déréglemente et bouleverse l'économie mondiale

PREMIUM

{Play}Les démocrates américains pensent avoir gagné les élections de mi-mandat désignant les représentants de l'assemblée. Ils utilisent le thème de la résistance anti-Trump. Ils devront donc appliquer, en 2019, toutes leurs promesses de campagne électorale. C'est ce que leurs partisans attendent. Mais Donald Trump sera sur leur chemin.

{Play}

Dans le nouveau Congrès, les modérés du parti républicain vont perdre de l'importance. Ceux qui ont voté contre la désignation, imposé par Trump, du juge Kavanaugh à la cours suprême, ont payé un lourd prix électoral pour cette décision. De leur coté, les démocrates vont hésiter à donner à Trump un atout supplémentaire dans le domaine du commerce ou à le conforter dans son ambition d'obtenir un feu vert pour relacer les chantiers d’infrastructure. Le camp démocrate va hésiter à satisfaire, en quoi que ce soit, le camp républicain avant l’élection de 2020.

Maintenant, nous pouvons voir les choses sous un autre angle, pour les démocrates, la période est effectivement propice pour revoir les infrastructures largement dégradées sur la quasi totalité des territoires du continent d’Amérique du nord. De très nombreux électeurs disent effectivement avoir envoyé Trump à la Maison Blanche pour promouvoir son plan de reconstruction des infrastructures.

De nombreux démocrates disent également qu'ils souhaitent que ce plan soit approuvé. Mais au bout du compte, il semble que les Républicains auraient d'autres priorités, en particulier concernant le commerce et les traités commerciaux. Une aile démocrate s'est alignée sur les positions de Trump, au sujet du commerce, et les considère même comme un fait marquant qu’elle utilisera lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2020.

La culture des démocrates a changé depuis de nombreuses années. Le parti est différent de ce qu'il était en 2005 et encore plus de ce qu'il était en 2009 lorsque Obama est arrivé. Les gens sont différents, ils sont plus "cool". Les personnes installées par Trump comparées à celles qui étaient à ces postes, sont vraiment différentes. L’administration Bush, par exemple, bien qu'originaire du Texas, possédait de nombreuses relations à Washington. Les personnes choisies pour les mêmes fonctions étaient très souvent issues de la ville de la Maison Blanche.

Trump a choisi d'amener des gens comme Jared Kushner, qui n'est pas une figure de Washington. Certes il connaît le marché de l'immobilier de New York, un monde très différent de celui du reste des États-Unis. Les gens que Jared a appelé, pour rejoindre son équipe, ne sont pas des gens habitués et formés aux affaires concernant les politiques publiques.

Autre exemple, Gary Cohn, qui venait du monde de la finance, présidait Goldman Sachs, qui est plus qu’une banque, c'est un empire invisible riche de 700 milliards d’euros d’actifs, soit deux fois le budget de la France. Il a aussi appelé Jeremy Katz, proche de Bush à la Maison-Blanche pour l'embaucher. Jeremy a apporté d'excellents responsables politiques en s'attachant à ne pas s'entourer de banquiers. Gary Cohn savait qu'il avait l'avantage de voir les choses de l'extérieur, et voulait s'entourer de personnes qui connaissaient vraiment le travail à faire. Dans l'équipe économique, il s'est entouré de personnes d'origines différentes, quelques unes de New York et proches de Trump. D'autres sont venus du monde des frères milliardaires Koch, d'autres de l'équipe de Mike Pence.

Il y eu des une période de mise en route difficile et des douleurs d'apprentissage, comme dans toute administration. La différence entre Trump et les autres présidents est qu’il s’entoure de personnes qui ne sont pas nécessairement d’accord entre elles. Trump voit cela comme un avantage. Il s'attache à entendre toutes les versions et prendre ensuite une décision, ou donne à quelqu'un l'autorité de le faire. L'administration d’Obama avait au début de son mandat plus de désaccords, mais au fil du temps, toutes les personnes de son entourage se sont accordées et toutes ont soutenu le président Obama comme un seul homme, ce qui a donné quelque chose de plus hermétique.

Le Président a beaucoup à faire et prend énormément de décisions chaque jour, avec plus d'expérience de sa fonction, il tente de réserver son temps pour les décisions absolument essentielles ou vraiment nécessaires. Cela signifie qu'il doit confier aux personnes clés les tâches importantes pour prendre des décisions en son nom, décisions avec lesquelles il est évidemment d'accord. En général, l'administration ne mets pas les mains dans l'économie. En matière d'énergie et d'environnement, elle se débrouille très bien et déréglemente à tour de bras comme ce n’était plus le cas depuis le début de l’administration Reagan.

La politique fiscale a été pratiquement rédigée par le Congrès auquel l'administration a apporté son soutien, le message au Congrès était d'obtenir quelque chose qui rendrait le marché plus compétitif et soulagerait le contribuable. Elle doit transmettre au Congrès quelques principes de base afin qu’il rédige les lois. C'est d'ailleurs ce que Obama a fait avec l’Obama-care. Ils ont donné des directives mais la plus grande partie du travail a été effectuée par le Congrès.

L'impôt sur les sociétés doit encore diminuer. L'équipe de Trump travaille à intégrer l’impôt sur les sociétés à l’impôt des particuliers et à ainsi éliminer l’impôt sur les sociétés. Elle envisage aussi de mettre en place une stratégie de diminution du déficit pose, ce qui pose d'autres problèmes comme les dépenses discrétionnaires, comme dans l’Armée de terre, les programmes nationaux et les réductions d’impôts. Faire face au déficit c'est permettre une croissance économique dans le futur. Malheureusement, un système dans lequel les dépenses augmentent 60% plus vite que l'économie ne doit plus croître d'année en année. Pour rendre le budget plus durable, Trump doit inclure la réduction des dépenses sociales, ce qui est quelque chose de très impopulaire et politiquement très dangereux.

Le traitement de la dette est quelque chose à laquelle tous les pays sont confrontés. C'est le résultat de la mondialisation et de la prise du pouvoir mondial par la finance et les banques. Le dollar est la monnaie mondiale des réserves, cela donne beaucoup de flexibilité dans la gestion des finances publiques, mais il est faux de supposer qu'il en sera ainsi pendant des siècles. Bientôt d'autres options naîtront..

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection