Changer la langue

img cat economie mondiale

Croissance : le marché européen inquiète les investisseurs

{Play}La faible croissance mondiale des marchés européens affecte la valeur des actions à grande échelle. Dernièrement, le marché européen a fait l'objet de toutes les attentions face aux craintes d'un ralentissement économique massif dans les mois à venir.

{Play}

L’Allemagne a révisé ses prévisions de croissance à la baisse. Le moteur économique de la zone euro est en train de caler. Pour l'instant, les marchés sous-évaluent la probabilité d'un Brexit sans accord et l'importance de la crise en Europe. C'est sans doute cette semaine que tout va se décider pour le Brexit et les marchés restent toujours de marbre ne croyant pas à une absence d'accord entre l'UE et le Royaume Uni.

Les données européennes ne sont pas très encourageantes

Mais aujourd'hui même, après l'euphorie du début de séance, sans raisons véritablement marquantes, les mauvaises données économique mondiales devraient revenir au premier plan de l'actualité et influencer la direction des marchés. Par contre Wall Street, déjà imperturbable hier soir, poursuit en légère hausse avant bourse ce mercredi malgré l'incertitude autour du Brexit. La cote américaine affiche donc manifestement beaucoup de recul face aux évolutions du Royaume-Uni.

Vendredi dernier, la Chine a révélé que ses ventes au détail étaient plus faibles que prévues. Le secteur a connu sa croissance la plus faible depuis novembre 2003, ce qui s'est traduit par des chiffres décevants, tant au niveau national que de la production industrielle, qui ont mis à mal la réputation économique massive de la Chine.

De plus, les données européennes elles-mêmes ne sont pas très encourageantes pour les investisseurs, l'indice HIS Markit Flash Eurozone enregistrant une baisse massive, s'établissant à 51,7 en décembre, ce qui se traduit par son plus bas niveau depuis quatre ans. Les actions automobiles ont également été à la pointe des pertes enregistrées vendredi dernier, s'établissant à un niveau inférieur de 1,29%. Fiat Chrysler, Renault et Volkswagen ont été à l'avant-garde de cette baisse, enregistrant une baisse de 8,1% des ventes de voitures en Europe, qui est considérée comme la principale région industrielle de ces constructeurs.

L’une des raisons les plus importantes de ce fléchissement pourrait être l’introduction de tests rigoureux sur les émissions de CO2, ce qui a perturbé la demande. Le français Plastic Omnium a subi une très nette baisse qui l'a classé au dernier rang en termes de référence européenne, avec une chute de 7,04% suite à une série de dégradations de sa notation. L'industrie automobile a également été touchée par la guerre commerciale que se livrent américains et chinois.

Le déclin du commerce de détail chinois est induit la baisse de tous les marchés. En raison de la baisse des ventes au détail en Chine, le stock de ressources européen a également enregistré une baisse de 1,16%. Les risques croissants de voir une économie chinoise chancelante suscitent beaucoup de craintes, alors que le pays s'efforce de modifier les relations économiques tendues avec les États-Unis causées par la guerre commerciale en cours.

Le Brexit est l’un des principaux problèmes du marché européen

En analysant d’autres titres individuels, le titre le plus important à la hausse par rapport à la référence européenne a été en Allemagne. En effet, les actions des petites annonces ont été catapultées en ligne, la société ayant connu une augmentation massive de 13,57% après avoir annoncé qu'elle entamait une vente susceptible de conduire l'entreprise à sa privatisation plus de 5 milliards d'euros ! Dans le même temps, la société britannique GVC Holdings a également enregistré une hausse de ses échanges dans la soirée.

Le Brexit est l’un des principaux problèmes du marché européen. De retour en Europe, l'affaire du Brexit est toujours d'actualité alors que Theresa May est revenue à Westminster après avoir récemment clôturé un sommet européen avec les principaux dirigeants de la région vendredi. En effet, la dirigeante britannique assiégée a demandé des assurances juridiques sur la récente toile de fond irlandaise afin d'obtenir un accord efficace sur le Brexit soumis au Parlement.

Malheureusement, une majorité de dirigeants de l'UE ont répété que la proposition d'un nouvel accord sur le Brexit n'était plus à l'ordre du jour. Mais Theresa May a insisté sur le fait que des négociations supplémentaires avec l'UE concernant l'accord sur le Brexit pourraient encore être en cours. En fait, la Première Ministre britannique a récemment encore perdu un vote de censure.

Enfin la Banque centrale européenne a annoncé qu'elle mettait officiellement fin au programme d'achat des obligations. Elle veut ramener les achats d’obligations de 15 milliards à zéro chaque mois, tout en réinvestissant cet argent dans des obligations arrivant à échéance pour les porter à une période plus longue.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.
No Internet Connection