Changer la langue

img cat culture art

ARTICLE PREMIUM

Sérotonine : Michel Houellebecq dépeint l’oubli tragique de Dieu

PREMIUM

{Play}Le catholicisme est un véritable objet de fascination pour Michel Houellebecq. Pas étonnant que dans son dernier roman, Sérotonine, l'écrivain décrit la société en critiquant la mondialisation, notamment l'Union européenne, qui provoque la fatigue et la misère de nos agriculteurs, emportés par le désespoir d'un monde qui a oublié Dieu, remplacé par un "petit comprimé blanc, ovale, sécable" (la fameuse sérotonine).

{Play}

Comme Soumission, le précédent romain de Houellebecq qui invite à réfléchir sur les dérives de l'islam, Sérotonine trouve un écho dans l'actualité. Avec un ton provoquant et tragique, le livre se focalise principalement sur la misère des agriculteurs - producteurs de lait - normands, les déclassés d'une société malade, qui chercheront à se révolter. Cette situation rappelle celle des Gilets jaunes, en colère contre le mépris du pouvoir et mobilisés pour défendre leurs conditions de vie depuis le mois de novembre.

L’oubli de Dieu permet au désespoir de s'imposer

Le narrateur de Sérotonine s'appelle Florent-Claude, un personnage de 46 ans, désabusé, misogyne, snobe et décadent, arpentant dans son 4x4 les routes de France en quête d’amis perdus et en quête d’amour. La France, elle aussi, semble abandonné à son triste sort. Le lecteur peut contempler l'horreur d'un pays dévasté, dans lequel Dieu semble totalement absent et où une pilule, le Captorix, est utilisée pour permettre d'augmenter "la sécrétion de sérotonine", un neurotransmetteur soignant les âmes mais rendant les individus impuissants. Florent-Claude sera témoin de la révolte des agriculteurs. A travers sa tragique histoire, Michel Houellebecq insère également quelques thèmes supplémentaires comme la pornographie, la pédophilie et le tourisme de charme. La France présentée dégoûte. Les descriptions crues de Houellebecq peuvent rebuter.

L'auteur s'attaque une fois de plus au libéralisme immoral, à la mondialisation incontrôlée et à l’Union européenne désincarnée, mais surtout il constate avec amertume que rien ne peut remplacer Dieu. Comme son personnage, Houellebecq se montre une nouvelle fois avec des traits de croyants, constatant que l’oubli de Dieu permet au désespoir de s'imposer.

Houellebecq a toujours été tenté par la religion catholique

Il faut dire que Houellebecq a toujours été tenté par la religion catholique. "Je reste persuadé que tout bonheur est d’essence religieuse", expliquait-il en 1996. En 2015, sur le plateau de On n’est pas couché, l'auteur avouait "J’ai pas mal tenté de me convertir au catholicisme mais j’ai raté". Il se dit quand même catholique dans le sens où il montre "l’horreur d’un monde sans Dieu" (entretien avec Agathe-Novak Lechevalier).

La quête de Dieu se retrouve aussi dans la poésie houellebecquienne : "Nous voulons retourner dans l’ancienne demeure / Où nos pères ont vécu sous l’aile d’un archange, / Nous voulons retrouver cette morale étrange / Qui sanctifiait la vie jusqu'à la dernière heure. / Nous voulons quelque chose comme une fidélité, / Comme un enlacement de douces dépendances, / Quelque chose qui dépasse et contienne l’existence ; / Nous ne pouvons plus vivre loin de l’éternité." (La Poursuite du Bonheur).

Profondément marqué par Pascal, Houellebecq estime lui aussi que la conscience de la misère de l’homme sans Dieu est un préalable à la découverte de la grandeur de l’homme avec Dieu. Il se revendique "agnostique" car, dans le doute, il refuse de nier ou d’affirmer l’existence de Dieu.

En librairie dès le 4 janvier, nulle doute que Sérotonine sera encore un événement, un best-seller.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.
  Pour pouvoir consulter les commentaires de cet article, veuillez vous connecter.
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !
Le premier média social français.
La certitude d'aller plus loin.
Réseau social, blogs, débats, magazines et bien plus encore.
Seulement 5.90€ par mois.
Sans engagement.

Livres de référence

Inch'allah

Inch'allah

Gérard Davet, Fabrice Lhomme

...

Société

Livres de référence

No Internet Connection